Recherche dans Radonic

La chasse aux baleines et ses enjeux

Dans notre pays, comme dans la plupart des pays occidentaux, on n'a pas l'habitude de se nourrir de baleines. Donc, la chasse aux baleines est une cause dont nous percevons uniquement les positions qui s'y opposent et nous avons beaucoup de mal à comprendre qu'est-ce qui fait que ce problème soit si difficile à résoudre. Pour nous, il est évident qu'il faut arrêter toute atteinte aux espèces en voie de disparition, qu'elles soient animales ou végétales, notamment là où l'être humain n'a pas un besoin absolu d'y recourir. Et pourtant, les pays qui chassent la baleine et qui sont aussi consommateurs de sa chair, Japon et Islande en tête, semblent avoir du mal à accepter nos arguments. Pourtant, il ne s'agit pas de pays qui ont des difficultés à nourrir tous leurs habitants, ni de pays qui ont besoin de la baleine comme une ressource industrielle ou économique. Bien au contraire, il paraît parfois que l'enjeu n'est pas idéologique ni économique (sauf peut-être pour les pécheurs eux-mêmes): c'est à dire qu'au niveau du législateur l'enjeu est plutôt l'envie de son électeur de se nourrir d'une friandise dont il ne veut pas se priver, quitte à mettre en danger l'existence de l'espèce qu'il désire si ardemment voir dans son assiètte.

La campagne contre la chasse à la baleine

La campagne pour la défense de la baleine suit différent créneaux: le créneau médiatique, par le biais de campagnes de presse et d'opérations souvent spectaculaires, dont le but est d'éveiller l'opinion publique sur le dossier de la chasse à la baleine; le créneau politique, par le biais de pressions sur le législateur et sur les organismes internationaux, dans le but de faire adopter des dispositions ayant force de loi pour contraindre les pays chasseurs à arrêter le massacre; le créneau militant, qui compte sur des actions plus discrètes terrains pour protéger physiquement ce qui peut l'être. Les organisations plus actives dans la lutte contre la chasse aux baleines, Greenpeace en tête, se battent sur la plupart de ces axes, voir sur tous. Pour le moment, les succès se limitent à des interdictions temporaires (que l'on appelle des moratoires, comme celle de 1986) de la chasse aux espèces en danger et à des accords dont souvent l'application pratique est controversée. Il est étonnant qu'un pays comme l'Islande figurent parmi les mauvais élèves de la chasse aux baleines, alors que d'autres pays nordiques et scandinaves sont beaucoup plus sensibles aux arguments écologistes.

Une nouvelle direction de combat, pas encore assez connue auprès du grand public, est le "whale watching": il s'agit de choisir parmi ses intérêts touristiques l'observation de baleines. De cette façon, on augmente les recettes des pays où les baleines sont protégées et on encourage les autres à en faire de même. Il s'agit d'une forme de protestation civique et constructive que Radonic encourage.


Parmi nos Sites Sélectionnés
Gite a Strasbourg